Accueil Article Enquête

Enquête

Le département français d’Amérique du Sud est un océan vert de 84 000 km2 – mais aussi un désert médical. Manque de médecins, isolement des villages, absence de routes : comment les patients, les soignants et l’état français s’organisent-ils pour répondre aux défis de ce territoire hors norme ?
En focalisant l'attention des malades sur la musique plutôt que sur leurs souffrances, la musicothérapie parvient à soulager de nombreux effets indésirables des traitements anti-cancer. Découverte de ce soin de support qui gagnerait à être (re)connu.
Le tissu adipeux peut se comporter comme une véritable éponge, et devenir un réservoir à polluants. Des substances potentiellement toxiques qu’il pourrait libérer en petites quantités tout au long de la vie.
Edwige, malade de cancer du sein en proie à une seconde récidive, découvre par hasard l'art-thérapie. Qui change sa vie. Elle se met à peindre avec frénésie " pour elle". Ses oeuvres séduisent une galeriste. Elle expose cet automne ses oeuvres à Paris.
Dernière de la classe en Europe en matière de délais d'accès aux médicaments innovants, la France tente de se (re)lancer dans la course.
La chirurgie du sein post-mastectomie, un luxe ? Avec 1 400 euros en moyenne de reste à charge, de nombreuses femmes y renoncent.
Demain, les malades seront-ils bien soignées des séquelles de leur mastectomie ? On peut s’en inquiéter : la CPAM accuse Fabienne Le Guevel Dausse, kiné spécialisée dans le suivi post-cancer, d'avoir surfacturé 15.000 euros. Son tort ? Sa méthode développée avec des chirurgiens et désormais enseignée à l'université n’entre dans aucune "case" tarifaire de la sécu.
Carte d’imprégnation des sols peu fiable, absence de traçabilité de la provenance des fruits et légumes, culture vivrière et étals en bord de route… bien difficile de savoir si les aliments sont contaminés
L’insecticide, classé « cancérogène probable » en 1979 mais interdit aux États-Unis dès 1977, a traité les bananeraies antillaises jusqu’en 1993. Et contaminé les sols, l’eau, le sang et les esprits.
Les essais précoces intègrent des patients qui doivent tous remplir les mêmes critères, puis sont tirés au sort. Une sélection très mal vécue par les « exclus ».